3 avr. 2009

c'est au choix!

Merci à l'historienne M. [t'inquiètes Marianne je garde bien ton anonymat (°u°)]; pour ces sources précieuses concernant la tradition de la fève dans les galettes.
Du temps des romains les prisonniers chrétiens faisaient une fête avant de pénétrer dans l'arène, et du coup ils mangeaient des gâteaux et d'autres trucs, la galette entre autre. Celui à qui sortait la fève avait le droit de choisir entre des lionnes, des panthères et ou un lion édenté pour se faire tuer.

Vrai privilège vous me dirait...bah non!
En effet la victime était longuement mâchouillée par le lion, cela pouvait prendre des heures...et en plus le lion a mauvaise haleine.
Une pensée pour Sainte Martine et sainte Blandine qui ont eu la fève...

Cette tradition semble pourtant s'enraciner plus profondément. En effet, pendant l'empire romain, vers la même période de l'année et pendant sept jours consécutifs, de grandes fêtes avaient lieu en l'honneur de Saturne (dieu de l'âge d'or qui apporte paix, abondance et prospérité).
Au cours des saturnales, le tirage au sort accordait à un roi bouffon l'autorité suprême des maîtres et esclaves qui se retrouvaient ainsi sur pied d'égalité. Enfin, le dernier témoignage de ces coutumes était de bien cacher sous un appétissant gâteau la fève rituelle.

1 commentaire:

red been a dit…

Ah bah, c'était ma fête ce jour là!
:)